Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parkinson

maladie de parkinson définition
La maladie de Parkinson est en effet la conséquence de la destruction relativement sélective du système dopaminergique nigrostriatal. Le déficit en dopamine qui en résulte explique l’essentiel de la symptomatologie

Beaucoup de médicaments ont des effets secondaires suffisamment graves pour causer une maladie supplémentaire qu'il faudra aussi traiter.Un exemple de cette situation est offerte par la maladie de Parkinson, qui peut être causée par les effets secondaires neurologiques des médicaments anti-dépresseurs et anti-psychotiques. Une recherche conduite à Harvard Medical School montra que les médicaments eux-mêmes étaient la vraie cause des symptômes chez 37 pour cent des patients agés qui étaient traités pour la maladie de Parkinson. L-dopa, la substance utilisée dans le traitement de ces patients, a des effets secondaires qui lui sont propres et qui sont particulièrement nocifs, et qui exigent l'usage de médicaments supplémentaires pour en contrôler les symptômes11.

CYP2D6 polymorphisme, l’exposition aux pesticides et la maladie de Parkinson.
l’effet des pesticides est augmenté chez les métaboliseurs lents (environ deux fois)
Barbeau et al.(1985) ont postulé que la maladie de Parkinson (PD; 168600 ) est le résultat de facteurs environnementaux agissant sur ​​les personnes génétiquement prédisposées dans un contexte de vieillissement normal, et a noté que de nombreux xénobiotiques neurotoxiques potentiels sont décontaminées par le cytochrome P450 hépatique. Chez 40 patients atteints de la MP, Barbeau et al. (1985) ont trouvé qu’un nombre important de patients avaient partiellement ou totalement défectueux 4-hydroxylation de la débrisoquine par rapport aux témoins; En outre, les métaboliseurs lents avaient apparition précoce de la maladie. Dans une étude de 229 patients atteints de la maladie de Parkinson et 720 contrôles, Smith et al. (1992) ont constaté que ceux avec le phénotype de métaboliseur faible avaient un 2,54 fois (95% intervalle de confiance de 1,51 à 4,28) de risque accru de la maladie de Parkinson. Elbaz et al. (2004) et Deng et al. (2004) a présenté des preuves suggérant que PM sont à risque accru de développement de PD que lorsqu’il est combiné avec l’exposition aux pesticides.
…La concentration de métabolites O-déméthylation peut être autant que 45 fois plus élevé chez les personnes ayant un métabolisme du CYP2D6 ultrarapide comme dans ceux qui ont mauvais métabolisme

On parle donc de syndrome parkinsonien (prkinsonnisme) lorsqu’un patient présente les différents symptômes de la maladie de Parkinson (akinésie, tremblement, raideur) avec une cause différente : il souffre en fait d’une autre maladie, ou présente des effets secondaires suite à la prise de médicaments.

Écrire un commentaire

Optionnel